Bachelard avec la simulation informatique: nous faut-il reconduire sa critique de l’intuition? , par Franck Varenne

“Bachelard a constamment travaillé à minorer le rôle de l’intuition dans la pratique scientifique. Sans nier son omniprésence, il lui a systématiquement donné un rôle négatif : il la présente comme ce qui doit être par destination et par nature rectifié. (…) Or, cette épistémologie bachelardienne de la raison vivante, et pour cela même dialectique, ne nous paraît pas pouvoir rendre compte des nouvelles pratiques de simulation informatique propres à la recherche scientifique contemporaine. (…) La pratique montre que, dans un nombre croissant de domaines scientifiques – sciences de la nature, sciences humaines aussi bien que sciences des artefacts -, la simulation ne joue plus le rôle de succédané temporaire d’une théorie encore en gésine parce que non encore élaborée ; c’est-à-dire qu’elle ne joue plus systématiquement le rôle d’un modèle provisoire ou d’un schéma servant à condenser les mesures. Elle joue au contraire de plus en plus le rôle d’une réplication détaillée du réel : elle est une intuition reconstruite avec justesse mais sans abstraction rationnelle et généralisante, donc sans transfiguration iconique.”