Au-delà du peuple – Pluralité et cosmopolitique, par Etienne Tassin

“Aussi faut-il envisager une redéfinition du signifiant peuple : peuple ne désigne plus l’assemblée autorisée d’individus possédant les titres requis pour prétendre être reconnus citoyens de telle ou telle entité politique, fictivement étendue à la totalité des humains peuplant la planète, mais peuples désigne, au pluriel, des communautés d’acteurs formées dans des combats, dans des luttes, dans des rapports de force, communautés précaires qui naissent des actions concertées et souvent cessent aussitôt l’action interrompue ou achevée. Peuples sont les foyers d’insurgence, où des ensembles d’acteurs se trouvent engagés dans une même action à un moment donné. Le sujet de ces actions plurielles est toujours un peuple, s’il est vrai comme le suggère l’analyse arendtienne de l’action, que le peuple est moins l’ensemble qui préexiste aux actions que celui qui naît de ces actions.”