La mésologie, pourquoi et pour quoi faire? par Augustin Berque

“La science moderne, par son principe, consiste à « objectifier » la réalité (abstraire le sujet), et c’est ce qui a fait la nouveauté extraordinaire de la science moderne, mais qui contient quelque chose de très dangereux et de fatal dans son essence : à force d’abstraire l’être humain de la réalité, on produit un monde inhabitable et peut-être mortel. L’expression concrète de cette interprétation, c’est la crise de l’environnement que nous connaissons et qui va s’aggraver, sauf à changer de paradigme. C’est ce que cherche à faire la mésologie, en prenant en compte une complexité bien supérieure à la science moderne, en réintroduisant l’existence humaine par principe au lieu de l’abstraire.”

Interprétation ou Description (I) : une théorie probabiliste des systèmes cognitifs sensori-moteurs

Jusqu’à quel point agir et percevoir supposent-ils de «comprendre» ou même plus simplement de se «représenter» le monde ? Telle est l’une des préoccupations fondamentales des recherches sur la sensori-motricité au centre de nombreux débats en sciences cognitives. Cette question une fois formalisée, expurgée, simplifiée et traduite en termes mathématiques, nous amène à nous interroger tout au long de cet article, sur les liens qui peuvent exister entre les inférences formelles mécanisées informatiquement et leurs contreparties dans le monde physique où évolue un robot. Ainsi reformulée, la question centrale débattue devient : comment rendre
effectives les inférences formelles ?