La question de l’âne de Buridan selon Spinoza, par Julie Henry

« Dans une perspective spinoziste, mieux vaut ne pas entretenir les esprits dans l’illusion du libre-arbitre afin d’indiquer le chemin d’une véritable libération éthique ; il est vain de vouloir se déterminer contre ce que l’on sent, mais il est par contre indispensable de comprendre comment on est déterminé à sentir de cette façon. »